HomeGuide pratique du béton3.11 Assurance de la qualité sur le chantier

3.11 Assurance de la qualité sur le chantier

3.11.1 Introduction

Généralités

Lors de la réalisation des ouvrages en béton, les entreprises de construction doivent s’assurer, par une surveillance régulière de toutes les activités, que leurs prestations soient conformes aux règlementations en vigueur et aux spécifications du projet. Selon le type de projet, des efforts spécifiques de surveillance pour l’assurance qualité du béton seront nécessaires.

L’assurance qualité sur le chantier permet de contrôler la qualité d’exécution visée et, si nécessaire, d’intervenir à temps par des mesures de correction. Le contrôle des propriétés essentielles des bétons frais et durcis est réalisé selon les normes SIA 118 et 262 et SN EN 13670, y compris les éléments nationaux. Les essais de chantiers ne remplacent pas les essais de conformité à la centrale à béton et inversement.

La figure 3.11.1 représente l’interface (réception du béton) qui marque le passage de la responsabilité de la centrale à béton à l’entreprise de construction, dans le cas d’un béton livré depuis une centrale fixe sur un chantier.

image
Fig. 3.11.1: Interface (réception du béton) entre la centrale à béton et l’entreprise de construction.


3.11.2 Contrôle dù béton

Classes d’exécution

Le maître d’ouvrage peut exiger de l’entrepreneur des essais de contrôles sur béton frais et sur béton durci. Les essais exigés sont à définir dans le plan de contrôle du maître de l’ouvrage et/ou de l’entrepreneur et doivent faire partie du contrat d’entreprise.
La norme SN EN 13670 divise le contrôle en trois classes d’exécution. Le choix de la classe d’exécution se fait selon quatre critères: la classe de résistance du béton, la classe d’exposition, la sorte de béton selon les éléments nationaux de la norme SN EN 206, ainsi que la classe de prévention du cahier technique SIA 2042 «Prévention des désordres dus à la réaction alcalis-granulats (RAG) dans les ouvrages en béton» (tab. 3.11.1). Si plusieurs classes d’exécution s’appliquent à un béton, la classe la plus élevée doit être attribuée au béton.
image
Fig. 3.11.2: Contrôle de béton frais sur le chantier.

Contrôles sur béton frais et durci pour un béton à propriétés spécifiées

Les possibilités de contrôle des propriétés du béton sont indiquées au tableau 3.11.2. Les contrôles du béton frais sont exécutés selon la norme SN EN 12350 (du béton frais au béton durci). La résistance à la compression peut être mesurée sur cubes selon la norme SN EN 12390 ou sur carottes selon la norme SN EN 12504. Les essais de durabilité sont réalisés sur des éprouvettes ou sur des carottes prélevées dans l’ouvrage. On distingue trois types d’essais différents, appelés Testing Type (TT):
  • TT-1: Autocontrôle de production de la centrale à béton et contrôles sur le chantier dans le cadre de l’assurance qualité
  • TT-2: Contrôle des propriétés du béton d’un élément d’ouvrage ou de l’ouvrage. Alternative à TT-1 sur le chantier. Il ne remplace pas les essais exigés par l’autocontrôle de production
  • TT-3: Contrôle ultérieur des propriétés sur carottes du béton d’ouvrage (p. ex. en cas de doutes ou en cas d’expertise).


image
Tab. 3.11.1: Classes d’exécution des bétons selon la norme SN EN 13670.

image
Tab. 3.11.2: Possibilités de contrôle des propriétés du béton selon la norme SN EN 13670.





Les essais du béton sur le chantier sont à répartir régulièrement durant les périodes de bétonnage. En l’absence de prescriptions spécifiques au projet, la fréquence des essais correspond à celle indiquée dans les tableaux 3.11.3 et 3.11.4. La fréquence d’essai sur carottes pour les essaus de types TT-2 et TT-3 est à spécifier en fonction du projet. Le nombre d’éprouvettes à fabriquer pour les essais de béton durci des classes d’exécution 2 et 3 dépend soit des quantités produites soit des durées de bétonnage. Il faut appliquer la règle qui donne le plus grand nombre d’essais. Les essais doivent être réalisés en principe pour chaque béton. Les bétons avec les mêmes constituants et un même rapport E/C, mais avec un granulat d’un diamètre maximal différent, peuvent être considérés comme une famille de béton avec un nombre d’essais adapté en fonction. La fréquence des essais de résistance à la RAG doit être définie en fonction du projet. La transposition des résultats de l’essai de performance est réglée dans le cahier technique SIA 2042. La fréquence des essais de résistance aux sulfates doit être définie en fonction du projet. La transposition des résultats d’essai de résistance aux sulfates est à évaluer par un spécialiste. La même règle s’applique au retrait et au fluage.
Les critères de conformité des propriétés de béton frais et durci pour pour l’essai de type TT-1 sont décrits béton à propriétés spécifiées. Les critères d’acceptation des résultats des essais de durabilité pour l'essaie de type TT-2 sont indiqués au tableau 3.11.5. Ces valeurs indicatives ne peuvent être employées comme valeurs limites que si leur applicabilité a été prouvée par des essais. Elles peuvent être modifiées en fonction du projet. Les critères d’acceptation du module d’élasticité, du retrait et du fluage sont aussi à définir en fonction du projet. La procédure d’évaluation de la résistance à la RAG n’est pas adaptée aux carottes. Ainsi, pour l'essaie de type TT-3 selon la norme SIA 262/1, il n’existe pas de critères d’acceptation.


image
Tab. 3.11.3: Fréquence des essais de béton frais sur le chantier pour béton à propriétés spécifiées selon la norme SN EN 13670.

image
Tab. 3.11.4: Fréquence des essais de béton durci sur éprouvettes confectionnées et conditionnées conformément à la norme (essai de type TT-1 selon norme SIA 262/1) selon la norme SN EN 13670.

image
Tab. 3.11.5: Valeurs indicatives pour la valeur moyenne et la valeur moyenne plus l’écart maximum admissible des essais de durabilités selon la norme SIA 262/1 (essai de type TT-2) selon la norme SN EN 13670.

Contactez-nous

Contact

Suivez-nous

    • Téléchargements
    • Contacts
    • Sites