3.5 Compactage


3.5.1 Objectif

Le compactage minutieux joue, avec la cure et la composition du béton, un rôle essentiel pour produire un béton durable. Un compactage correct permet d’obtenir:
  • une étanchéité accrue
  • une durabilité améliorée
  • la résistance à la compression exigée
  • une bonne adhérence entre les barres d’armature et le béton


3.5.2 Modes de compactage

Le choix du mode de compactage dépend de la consistance (fig. 3.5.1). Les bétons de consistance C3/F3 et C2/F2 sont généralement compactés par vibration. Seul le béton frais d’une consistance raide C1/F1 est compacté par damage. La vibration se fait le plus souvent avec des pervibrateurs internes (aiguilles vibrantes), externes (vibrateur de coffrage, règles vibrantes) ou, dans la préfabrication, à l’aide de tables vibrantes. On emploie souvent une combinaison de différentes méthodes.

La vibration met en oscillation le granulat, ce qui réduit momentanément fortement le frottement interne. Sous l’effet des oscillations et de la gravité, les grains se rapprochent les uns des autres, l’air occlus s’échappe sous forme de bulles d’air à la surface et les vides se remplissent avec la partie la plus fine de la pâte de ciment. Contrairement au béton vibré, il n’est pas nécessaire de compacter le béton autoplaçant (SCC, béton autoplaçant).


3.5.3 Energie de compactage

Le temps de compactage peut varier considérablement en fonction de la consistance et de l’énergie de vibration appliquée (tab. 3.5.1). Il faut veiller à ce que le béton soit soumis à un effort de compactage adapté à sa consistance et ses propriétés. Une vibration insuffisante peut engendrer des défauts de compactage et une vibration excessive des ségrégations.

image
Tab. 3.5.1: Valeurs indicatives de la zone d’efficacité et de l’espacement des points d’introduction de l’aiguille en fonction du diamètre de l’aiguille.



image
Fig. 3.5.1: Energie de compactage nécessaire en fonction de la consistance du béton.

Règles du bon compactage

  • L’aiguille vibrante n’est pas un moyen de répartition du béton.
  • L’aiguille vibrante doit être introduite dans le béton rapidement et à intervalles réguliers. Elle doit être maintenue brièvement au point le plus bas, remontée lentement, et enfin retirée de manière à ce que le trou du vibrateur se referme de lui-même. Si la surface ne se referme pas, cela peut signifier que la consistance du béton est trop ferme, que la prise a déjà commencé ou encore que la durée de vibration est insuffisante.
  • La vibration doit être terminée dès qu’une fine couche de laitance apparaît en surface et que les grosses bulles d’air ne remontent plus que sporadiquement.
  • Lorsque le béton est mis en place par couches successives, l’aiguille vibrante doit pénétrer d’environ 10 à 15 cm dans la couche sous-jacente, déjà compactée, pour assurer la bonne liaison entre les deux couches (fig. 3.5.2).
  • L’espacement des points d’introduction de l’aiguille doit être choisi de manière à ce que les rayons d’action du pervibrateur se chevauchent légèrement (fig. 3.5.3 à gauche).
  • La taille de l’aiguille vibrante doit être adaptée aux dimensions de l’élément d’ouvrage (fig. 3.5.3 à droite).
  • L’aiguille vibrante ne doit pas toucher l’armature ou le coffrage.

Règle pratique

Espacement des points d’introduction de l’aiguille = 8 à 10 fois le diamètre de l’aiguille.

image
Exemples de points d’introduction de la vibration.


image
Fig. 3.5.2: Espacement des points d’introduction de l’aiguille vibrante.

image
Fig. 3.5.3: Chevauchement des rayons d’action (à gauche); adaptation de la taille de l’aguille vibrante aux dimensions de l’élément d’ouvrage (à droite).

image
Fig. 3.5.4: Mise en place «frais sur frais» et compactage du béton à l’aide de l’aiguille vibrante.



Contactez-nous

Contact

Suivez-nous

    • Téléchargements
    • Contacts
    • Sites